Colibacillose et homéopathie



Traitement homéopathique de la colibacillose chronique
Le colibacille est un hôte normal de notre tube digestif.
En certaines circonstances, (phase prémenstruelle, ulcération intestinale, constipation opiniâtre…), il peut, après pullulation dans l’intestin, passer dans la circulation sanguine locorégionale, et se fixer sur l’appareil génito-urinaire. C’est ainsi que peuvent se déclarer pyélonéphrites, cystites, prostatites.

Ce passage dans la circulation sanguine peut également être favorisé par une déficience de la paroi de l’intestin grêle, elle-même provoquée par des agressions alimentaires (lait de vache chez les intolérants, gluten.) ou médicamenteuses (anti-inflammatoires par exemple).

Les infections répétées peuvent se produire à bas bruit, sans signe clinique évident, et finissent par affaiblir l’organisme :

  • Le patient devient fatigable, frileux, manque d’énergie.
  • La mémoire peut être touchée et une fatigue intellectuelle peut s’installer.
  • Sur le plan physique, on peut retrouver, outre des désordres urinaires parfois minimes (le tableau est donc trompeur), des troubles digestifs avec ballonnements, une sensation de froid intense aggravée après les repas, des céphalées, parfois des douleurs articulaires, surtout au niveau des doigts.

Colibacilloses et homéopathie

Ces colibacilloses se développent plus volontiers sur certains terrains, et c’est là que l’homéopathie et les médecines satellites peuvent intervenir en traitement de fond. Cette pathologie se développe la plupart du temps sur terrain TUBERCULINIQUE (PULSATILLA, SEPIA) ou combinaison de terrain PSORIQUE et TUBERCULINIQUE.

En homéopathie, le traitement fera appel à un drainage, un traitement de fond auxquels le médecin pourra associer Serum anti-collibacillaire

Le traitement homéopathique fera appel à

  • Un drainage homéopathique avec par exemple SOLIDAGO, FORMICA RUFA en basses dilutions, D3, 3 granules trois fois par jour
  • Un traitement de fond en phytothérapie, avec par exemple ECHINACEA ou UVA URSI la busserole, ou VACCINIUM MACROCARPON la canneberge, posologie selon le fabriquant.
  • Un traitement de fond en homéopathie avec, selon le tableau clinique, SEPIA, PULSATILLA, LYCOPODIUM, CALCAREA PHOSPHORICA. ces médicaments sont généralement prescrits en doses espacées, en 9 à 15 CH.
  • On pourra y associer SERUM ANTI-COLIBACILLAIRE en 9 CH, une prise par semaine.