Ces plantes qui protègent notre foie



Le curcuma – Curcuma longa

  • Le curcuma stimule les capacités de détoxification hépatique. Il est souvent utilisé par les phytothérapeutes pour protéger le foie chez les patients suivant une cure de chimiothérapie.
  • Le curcuma est également indiqué lorsque le foie montre des signes de faiblesse notamment dans les cirrhoses.
1 cuillère à café par tasse, infusion de 10 minutes à raison de 2 tasses par jour

En savoir plus : https://www.homeophyto.com/medicaments/plantes-medicinales/curcuma-longa-curcuma-en-phytotherapie-2126.html

L’artichaut – Cynara scolymus

L’artichaut a un effet dépuratif, amphocholérétique et hypocholestérolémiant (via la production de cholestérol endogène).
Il est indiqué en cas d’intolérance aux graisses : infusion de feuilles à raison de 10 grammes par litre d’eau pendant 15 minutes, à répartir dans la journée, 10 jours de cure par mois.

En savoir plus : https://www.homeophyto.com/medicaments/plantes-medicinales/cynara-scolymus-artichaut-feuille-1238.html

Le desmodium – Desmodium ascendens

Cette plante d’usage traditionnel en Afrique est de plus en plus utilisée dans le traitement des hépatites infectieuses et toxiques. Des études ont montré une réduction significative des taux de transaminases lorsqu’il était administré dans la phase aiguë. DESMODIUM ASCENDENS intervient également dans la prévention des effets secondaires des médicaments sur les hépatocytes, en particulier dans les chimiothérapies.
La posologie dans ce cadre

  • 6 à 7 g de Desmodium adscendens plante sèche en décoction dans un litre d’eau, et à répartir dans la journée,
  • Ou 1000 mg d’extraits secs, en comprimés ou en gélules, répartis en trois prises avant les repas.
    Démarrer une semaine avant la chimiothérapie : le prendre pendant 4 jours, arrêter 3 jours avant la cure de chimiothérapie pour éviter les hypothétiques interactions médicamenteuses, et poursuivre pendant une semaine après la chimiothérapie
  • En savoir plus : https://www.homeophyto.com/medicaments/plantes-medicinales/desmodium-ascendens-desmodium-en-phytotherapie-2204.html

Le chardon marie – Silybum marianum

Le Chardon Marie ou Silybum marianum ou Carduus marianus, est la plante du foie par excellence. Son activité hépatoprotectrice a été confirmée et a fait l’objet de nombreux travaux : en effet, la silymarine, l’un de ses principes actifs, protège le foie de nombreuses toxines. Plus récemment une étude a montré l’amélioration de la glycémie et la réduction du taux de cholestérol et de triglycérides sanguins chez des patients atteints de diabète de type 2.

Indications du chardon marie dans les troubles fonctionnels hépatiques

  • Traitements adjuvants aux hépatites virales non compliquées ou alcooliques. (Commission E en Allemagne depuis 1989 et OMS depuis 2002)
  • Prévention et traitement de dégâts causés au foie par ingestion de toxines ; cette indication a été validée par la Commission E en Allemagne et validée par OMS, ce qui en fait un traitement préventif de choix pour renforcer le Foie avant la mise en place d’un traitement lourd (type chimiothérapie). Dans ce cas, le traitement par le Chardon Marie doit débuter trois semaines avant la chimiothérapie, et sa prescription validée par les équipes médicales
  • Dyspepsie
  • Troubles digestifs d’origine hépatobiliaire, en général, en mélange dans des préparations spécifiques.

En savoir plus : https://www.homeophyto.com/medicaments/plantes-medicinales/silybum-marianum-chardon-marie-2-1171.html

Nombre d’autre plantes ou parties de plantes peuvent par ailleurs être associées aux précédentes pour un effet plus global, par exemple le pissenlit, le romarin, le radis noir… demandez conseil à votre pharmacien ou à votre herboriste.