Soins de support en cancérologie : deux moments clés

Expert

delphinium staphysagria

Cancérologie : l'homéopathie de l'annonce à la fin des traitements

Entretien avec le Docteur JL BAGOT, médecin homéopathe strasbourgeois spécialisé en soins de support en cancérologie
Le Docteur Jean-Lionel Bagot est spécialisé dans les soins d'accompagnement en cancérologie. Précurseur dans ce domaine, il a fondé en 2006, la première consultation homéopathique de soins de support en milieu hospitalier.

Les conseils nutritionnels et d'hygiène de vie, l’homéopathie et l’acupuncture, font partie des prises en charges qu’il propose pour accompagner les traitements du cancer. https://www.doctolib.fr/soins-de-support-oncologique/strasbourg/jean-lionel-bagot

L’annonce

Elle est souvent vécue comme un coup de tonnerre ; ce sont souvent des patients en bonne santé apparente chez lesquels on découvre une maladie cancéreuse, et entendre résonner ces mots, « cancer, chimiothérapie… » est une épreuve très difficile. Il faut les soutenir dès le départ, sinon, tout l’ÊTRE risque de s’effondrer y compris son système immunitaire.

  • Cette annonce est souvent vécue comme un deuil. Il y a dans un premier temps une phase de sidération qu’il faut laisser passer, puis on peut les accompagner avec par exemple IGNATIA qui les aidera à faire le deuil de leur bonne santé.
  • STAPHYSAGRIA est également très utile, il s’imagine effectivement que s’ils ont un cancer, c’est parce qu’ils ont fait quelque chose de mal, et ce médicament peut les aider à prendre du recul, à leur faire comprendre qu’ils n’ont rien fait de mal, ce n’est pas de leur faute. Il prend également en compte le sentiment d’injustice qui tourmente les patients.

 

Revenir à soi, la fin des traitements

Un état dépressif peut s’installer à ce stade, lié à un sentiment d’abandon par le corps médical. C’est vécu comme une traversée du désert où le patient se sent seul.

  • SELENIUM ce médicament est fort utile lorsque le patient a peur de ne plus être à la hauteur ; les autres symptômes justiciables de ce médicament sont les difficultés d’érection, la transpiration, la peau grasse, la chute de la queue des sourcils…
  • CAUSTICUM avec la peur de la rechute, comme une épée de Damoclès ; c’est également un grand médicament que l’on donne dans les suites de radiothérapie pour prévenir les fibroses des tissus.

Dans les suites de chimiothérapie, pour « relancer » le système immunitaire, je prescris le médicament de fond homéopathique propre au patient, le similimum, qui va couvrir l’ensemble des symptômes. J’ajoute généralement  

  • THYMULINE en 9 CH,
  • Puis ADN en 5, 7 et 9 CH 2 granules de chaque les lundi, mercredi et vendredi, soit 6 granules par prise le matin,
  • Puis ARN en 5, 7 et 9 CH 2 granules de chaque les mardi, jeudi et samedi, soit 6 granules par prise le matin.

Articles liés

À LIRE   cancer et homeopathie Dr Bagot

Modifié le: 
19/06/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 10/03/2016
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999