Homéopathie et soins de support en cancérologie : pour quels symptômes

Expert

aconit_homeophyto

Homéopathie en appoint dans le traitement du cancer, pour la douleur, l'anxiété, la tristesse

Entretien avec le Docteur Jean-Lionel Bagot, spécialisé dans les soins d'accompagnement en cancérologie. Précurseur dans ce domaine, il a fondé en 2006, la première consultation homéopathique de soins de support en milieu hospitalier. Les conseils nutritionnels et d'hygiène de vie, l’homéopathie et l’acupuncture, font partie des prises en charge qu’il propose pour accompagner les traitements du cancer.

 

La fatigue

C’est un domaine très important dans lequel l’homéopathie prend toute sa place, c’est le symptôme le plus courant en cancérologie (70% des patients). Il n’existe pas de traitement conventionnel pour cela. Elle provient en premier de la chimiothérapie. Le principal médicament utile dans ce cadre est PHOSPHORICUM ACIDUM. Je le prescris généralement ainsi :

  • En 5 CH, 7 CH, 9 CH, 12 CH, 15 CH, une dose par jour, 5 jours d’affilée, puis 5 jours d’arrêt, puis le patient reprend ses doses et ainsi de suite. Si le patient ressent un peu d’excitation, ce qui arrive assez rarement, il ne faut pas aller au-delà de la 9 CH.

La douleur

Elle est présente chez 65 % des patients interrogés. Elle ne peut pas être abordée par l’homéopathie, elle est trop violente, par contre, nous pouvons agir contre les effets indésirables des antalgiques, avec par exemple OPIUM pour accompagner les prescriptions de morphine ou NUX VOMICA.

La tristesse

Elle est présente chez 56 % des patients interrogés. la tristesse est un domaine pour lequel l’homéopathie peut s’avérer d’autant plus utile qu’elle est difficile à prendre en charge en médecine conventionnelle. En effet, contre l’anxiété, nous avons les anxiolytiques, la dépression, les antidépresseurs, mais l’allopathie ne propose rien pour accompagner la tristesse. La consultation homéopathique en elle-même fait partie du traitement, l’objectif est que le patient ait retrouvé le sourire en sortant. Pour ce qui est du traitement médicamenteux, je prescris par exemple :

  • SEPIA parce que le système hormonal est effondré et plus volontiers chez la femme
  • Chez l’homme, AURUM METALLICUM est plus souvent indiqué, on retrouve la notion de perte en arrière plan de la maladie, perte du travail, perte de la virilité, de sa vie associative …

L’anxiété

On la retrouve chez 50 % des patients. Une étude récente montre que les patients qui consultent un homéopathe dans le cadre de la cancérologie consomment moins d’anxiolytiques et d’antidépresseurs que les autres. Nous avons là deux grand médicaments homéopathiques :

  • ACONITUM NAPELLUS, c’est un anxiolytique d’action rapide, il n’est pas indispensable de s’adresser aux très hautes dilutions, une 7 CH suffit.
  • Le deuxième est bien sûr ARSENICUM ALBUM puisque la mort se profile, est c’est l’une de ses grandes hantises. Il est très utile à la fois pour le psychisme et pour le physique. Il peut être alterné sur le fond avec PHOSPHORUS, mais peut être également donné quotidiennement dans le cadre de l’anxiété chronique. Sa pathogénésie est très proche de ce que peut développer la chimiothérapie.

Le traitement homéopathique doit être arrêté par le patient dès qu’il se sent mieux. Il le prend généralement durant les 10 jours qui suivent la chimiothérapie, puis ils l’arrêtent et le reprennent suite à la cure suivante. Cela permet une grande liberté. Par ailleurs, l’homéopathie peut être prise à n’importe quel moment de la journée, par contre, il faut éviter de mélanger les médicaments.

Articles liés

 

À LIRE   cancer et homeopathie Dr Bagot

https://www.doctolib.fr/soins-de-support-oncologique/strasbourg/jean-lionel-bagot

Modifié le: 
19/06/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 4/03/2016
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999