Bronchiolite du nourrisson et homéopathie



Traitement homéopathique de la bronchiolite
La bronchiolite est une affection épidémique qui touche principalement les nourrisson entre octobre et la fin de l’hiver. Elle est due le plus souvent au virus respiratoire syncitial ; celui-ci se transmet par les voies aériennes (gouttelettes émises pendant la toux), et par le contact des mains.

La bronchiolite, rappels

La bronchiolite est une affection épidémique qui touche principalement les nourrisson entre octobre et la fin de l’hiver. Elle est due le plus souvent au virus respiratoire syncitial ; celui-ci se transmet par les voies aériennes (gouttelettes émises pendant la toux), et par le contact des mains.

On comprend que cette épidémie est d’autant plus virulent dans les collectivités, crèches et hôpitaux. Elle atteint les enfants de moins de 2 ans, avec un pic vers les 6 mois et une prédominance chez les garçons.

C’est une inflammation aiguë des bronchioles qui conduit à une obstruction et sifflements (wheezing) entendus à la respiration. Les facteurs de risque sont :

  • la garde en collectivité,
  • la prématurité et
  • le reflux gastro-oesophagien.

Les signes cliniques

Les premiers signes sont ORL avec un rhume accompagné de toux sèche, et une obstruction nasale. La phase d’état se caractérise par :

  • Polypnée (augmentation du rythme respiratoire)
  • Râles crépitants en fin d’inspiration
  • Difficultés à expirer
  • Le « wheezing » est particulièrement caractéristique. C’est un sifflement audible à distance mais parfois seulement perçu à l’auscultation.

Le traitement allopathique

Le traitement allopathique consiste en la prescription de kinésithérapie respiratoire qui favorise l’évacuation des glaires, accessoirement de bronchodilatateurs et des corticoïdes. Les antibiotiques n’ont aucun intérêt dans le traitement tant qu’il n’y a pas de surinfection.

Ce que l’homéopathie peut apporter

On peut tout à fait associer l’homéopathie au traitement classique.

  • Dès les premiers signes, OSCILLOCOCCINUM, une dose unique
  • Puis donner le médicament homéopathique adapté à la fièvre : ACONITUM NAPELLUS est souvent indiqué, une dose unique en 15 CH
    Et le médicament homéopathique de plus souvent indiqué pour les troubles respiratoires dans ce cas : BRYONIA ALBA 15 CH
  • On pourra affiner au pas par cas selon le tableau respiratoire :
    • CARBO VEGETABILIS : Thorax distendu et difficultés : une dose unique en 15 CH ou en 5 CH, une prise toutes les heures.
    • IPECA 5 CH : toux quinteuse provoquant des nausées, associé à ANTIMONIUM TARTARICUM 5 CH pour libérer les bronches.
    • Si le tableau évolue vers l’asthme, une dose de SULFUR IODATUM 15 CH, puis si nécessaire, compléter avec CUPRUM METALLICUM 5 CH associé à IPECA 5 CH
    • Un traitement de terrain pourra être prescrit pour prévenir les récidives. Le médicament SULFUR IODATUM est souvent indiqué.

À LIRE ☛ Administrer l’homéopathie au tout petit

La bronchiolite du nourrisson, définition, diagnostic et possibilités de traitement homéopathique en complément des traitements conventionnels.