Attaque de panique, crise d’angoisse et homéopathie

La crise d’angoisse est une peur intense, subite et sans objet, généralement accompagnée de signes physiques, palpitations, tremblements, gêne thoracique …

L’attaque de panique est définie ainsi : une période bien délimitée marquée par le surgissement brutal d’une appréhension, d’une peur ou d’une terreur intenses, souvent associées à un sentiment de catastrophe imminente.

Les possibilités avec l’homéopathie

En premier lieu 

  • ACONITUM NAPELLUS 15 CH : brutalement, peur d’une mort imminente avec agitation et profonde anxiété. Palpitations, élévation de la tension artérielle, frissons…
    Survient souvent aux alentours de minuit.
    POSOLOGIE : Prendre une dose, ou 10 granules en une prise le plus tôt possible. Les personnes sujettes aux troubles anxieux devraient toujours en avoir une dose sur elles. Il est également possible d’utiliser ACONITUM NAPELLUS en préventif, 5 à 10 granules avant la situation anxiogène, avant de prendre l’avion par exemple, ou au coucher dans le cadre des crises d’angoisse nocturnes.

La crise d’angoisse paralyse :

  • GELSEMIUM 15 CH : contrairement au cas « ACONITUM », le patient justiciable de GELSEMIUM est inhibé comme paralysé et tremblant avec palpitations, tremblements réels ou ressentis, diarrhée ou envies fréquentes d’uriner. Une dose ou 10 granules en une prise en 15 CH. GELSEMIUM est également prescrit lorsque le stress conduit à un état qui ressemble au trac avec inhibition (pas envie d’y aller, pas envie de faire…), en 9 CH, 5 granules matin et soir et avant la situation stressante.
  • OPIUM 15 CH : paralysie, sidération soudaine par la terreur avec incapacité. Ne peut plus bouger, ne peut plus parler, comme les animaux qui font « le mort » face au danger. Une dose ou 10 granules en une prise en 15 CH.

La crise est violente

  • STRAMONIUM 15 CH : avec grande agitation et mouvements incontrôlés, aggravation dans le noir, et à la vue et au bruit de l’eau qui coule. Une dose ou 10 granules en une prise en 15 CH.
  • HYOSCYAMUS NIGER 15 CH : avec un état de faiblesse et de la confusion. Une dose ou 10 granules en une prise en 15 CH.

À noter, ces deux derniers médicaments sont des remèdes de terreurs nocturnes chez l’enfant.

À LIRE ☛ Terreurs nocturnes de l'enfant et homéopathie     

 

Phobies

Un petit répertoire de ce qui nous fait peur et du médicament homéopathique correspondant.
Si le reste du tableau correspond, il est possible de prévenir les attaques de paniques en situation en prenant ce médicament en moyenne à haute dilution, 9 à 15 CH, avant la situation bloquante.

 

 

Pour aller plus loin

Sur un plan strictement médical, une attaque de panique inclut au moins quatre des symptômes suivants :

  • Sueurs
  • Souffle court et accéléré
  • Palpitations
  • Sensation de malaise au niveau du thorax
  • Instabilité
  • Sensation d'étouffer
  • Picotements
  • Bouffées de chaleur ou de froid
  • Défaillance voire perte de connaissance
  • Tremblements
  • Sentiment d'irréalité
  • Crainte de perdre la maîtrise, de mourir, de devenir fou.

 

Ces attaques de paniques se déroulent généralement chez un patient sujet aux troubles paniques. En voici les critères selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (également désigné par le sigle DSM : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders).

On distingue désormais les troubles paniques avec ou sans agoraphobie.

 

Critères DSM V

Trouble panique sans Agoraphobie


A. À la fois (1) et (2) :

                  •               1. Attaques de panique récurrentes et inattendues

                  •               2. Au moins une des attaques s’est accompagnée pendant un mois « ou plus » de l’un « ou plus » des symptômes suivants :

                  •               (a) Crainte persistante d’avoir d’autres attaques de panique.

                  •               (b) Préoccupations à propos des implications possibles de l’attaque ou bien de ses conséquences.

                  •               (c) Changement de comportement important en relation avec les attaques.

B. Absence d’Agoraphobie.


C. Les attaques de panique ne sont pas dues aux effets physiologiques directs d’une substance ou d’une affection médicale générale.


D. Les attaques de panique ne sont pas mieux expliquées par un autre trouble mental, tel une phobie sociale, une phobie spécifique, un TOC, un PTSD ou un trouble anxiété de séparation.

Trouble panique avec Agoraphobie


A. À la fois (1) et (2) :

                  •               1. Attaques de panique récurrentes et inattendues

                  •               2. Au moins une des attaques s’est accompagnée pendant un mois « ou plus » de l’un « ou plus » des symptômes suivants :

                  •               (a) Crainte persistante d’avoir d’autres attaques de panique.

                  •               (b) Préoccupations à propos des implications possibles de l’attaque ou bien de ses conséquences.

                  •               (c) Changement de comportement important en relation avec les attaques.

B. Présence d’Agoraphobie.


C. Les attaques de panique ne sont pas dues aux effets physiologiques directs d’une substance ou d’une affection médicale générale.


D. Les attaques de panique ne sont pas mieux expliquées par un autre trouble mental, tel une phobie sociale, une phobie spécifique, un TOC, un PTSD ou un trouble anxié

Modifié le: 
22/02/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 17/02/2017
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999