Quelle plante pour soulager une articulation douloureuse ?

fleurs bouleaux

Ribes nigrum : le cassis

Ribes Nigrum, par ses bourgeons, stimule la cortico-surrénale et la médullo-surrénale, favorisant un climat cortisone-like. Cet effet anti-inflammatoire est quatre fois plus important pour les bourgeons que pour les feuilles. De nombreux auteurs attribuent les propriétés anti-inflammatoires à la présence d'un taux élevé de flavonoïdes. En savoir plus

Harpagophytum

Les propriétés anti-inflammatoires d'Harpagophytum sont bien réelles et seraient similaires à un effet cortisone-like. Ce remède s'avère particulièrement efficace dans la prise en charge d'affections rhumatismales aiguës telles l'arthrite et la goutte, par exemple, mais également dans les pathologies chroniques : arthrose, fibromyalgie, polyarthrite… Cette plante serait particulièrement efficace sur l'inflammation des petites articulations périphériques. En savoir plus…

Betula alba : le bouleau

Parties utilisées : feuilles, écorce, bourgeons, sève. La sève a des propriétés diurétiques. Elle est particulièrement intéressante sur les terrains arthrosiques ; elle favorise l'élimination de l'acide urique et contribue à assouplir les ligaments des articulations touchées par l'arthrose. En savoir plus

Equisetum arvense : la prèle

La prêle est légèrement diurétique et reminéralisante (ostéoporose, fractures) : elle contient quantité de sels minéraux (silicium, K, Mn, Na, Ca, Mg,... ). De par sa richesse en silice, elle aide à la régénération des tissus conjonctifs, améliore leur résistance et leur élasticité. Elle peut être ainsi prescrite pour accélérer la consolidation des fractures et la récupération des ligaments après entorse, ou pour traiter les œdèmes post-traumatiques. Elle est largement utilisée pour la beauté des cheveux et des ongles, et surtout dans le cadre de la prévention de l'ostéoporose. En savoir plus

Salix alba : le saule

Le saule est bien connu pour sa richesse en acide salicylique, base de l'aspirine. On utilise son écorce.
Son emploi doit être évité chez les sujets allergiques à l'aspirine, et les patients sous anticoagulants oraux.
À la différence de l'aspirine, il a peu d'effets secondaires sur l'appareil digestif ; il n'irrite pas la muqueuse de l'estomac. Il serait plus efficace sur les atteintes des grosses articulations : genoux, hanches. En teinture-mère : posologie selon le fabriquant, demandez conseil à votre pharmacien. .  

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 19/06/2008

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999