Arnica montana - Arnica en phytothérapie

arnica2,arnica_homeophyto,fleurs arnica

L'Arnica est une plante dont la seule évocation suscite en nous des souvenirs de montagne en été, de ciel bleu profond et d'air vivifiant.

En effet, c'est en juin juillet, lors de sa floraison, que ses fleurs jaune d'or intense attirent le regard. L'Arnica pousse dans les pâturages de haute altitude de l'Europe centrale, de l'Amérique du Nord et en Sibérie. C'est une plante vivace aromatique à feuilles duveteuses et à fleurs jaune orange, de la famille des Marguerites.

Botanique

Arnica montana est une plante vivace  à cycle bisannuel. Elle fait partie de la famille des asteracées. La première année, à partir du mois de mai, après la fonte des neiges, elle forme, une rosette basale appliquée au sol, de 4 à 12 feuilles insérées sur une très courte tige. La seconde année elle produit une tige florifère élevée. Elle affectionne les contrastes de la montagne, les endroits ouverts, le vent, la pluie, les amplitudes thermiques journalières et celles des saisons (hiver avec neige et gel, été avec chaleur et pluies d’orage). 

La plante est vivace par son rhizome, une tige devenue souterraine, à peu près horizontale, pourvue de racines adventives

Arnica montana est une plante indicatrice de la qualité de son biotope.

Composition

Les principaux constituants des capitules sont l’huile essentielle, les dérivés terpéniques, notamment les lactones sequiterpéniques, et les flavonoïdes.  

  • La teneur en huile essentielle de l’appareil souterrain est de 6 à 10 fois supérieure à celle des capitules. Elle contient du thymol (1,5% environ) et de ses dérivés, éthers et esters en proportion importante. Sa composition varie selon la partie de la plante. 
  • Les lactones sesquiterpéniques font partie des principes amers.
  • Flavonoïdes : Acides Phénols, Acide caféique, Coumarine, Polyines.

Comme toute plante aux composants complexes et puissants, elle présente un intérêt thérapeutique lié à cette synergie d'actions mais sa toxicité en limite beaucoup l'usage thérapeutique. Le dépassement des doses médicinales entraîne rapidement l'apparition de symptômes d'intoxication : nausées, vomissements, douleurs abdominales, vertiges.

L'homéopathie, à partir du XIXe siècle, a permis la prescription de ce grand remède des chocs de toute nature.

En ce qui concerne l'usage d'Arnica en dosage infinitésimal, vous pouvez vous référer à notre dictionnaire des médicaments homéopathiques.

Propriétés thérapeutiques

Malgré l'abandon de l'Arnica dans ses anciennes indications per os, la plante reste d'un usage très courant dans un domaine d'activité qui a fait sa réputation :

arnica

la résolution des traumatismes sans plaie

On l'utilise en compresses sur les contusions sans plaies, les hématomes, les entorses, les foulures, et autres meurtrissures.

On évitera d'appliquer des préparations à base d'Arnica sur les plaies et sur les zones proches des yeux et de la bouche.

On l'utilise le plus souvent sous forme d'onguent, de gel ou d'huile de massage. L'huile d'Arnica, en préparation traditionnelle est obtenue de la manière suivante : on entasse les fleurs dans une bouteille à goulot large. Celle-ci est ensuite hermétiquement fermée et placée au soleil pendant plusieurs jours au bout desquels un liquide orange aux propriétés cicatrisantes (l'huile d'arnica) apparaît au fond de la bouteille.

En raison de la rareté d'Arnica Montana, nous déconseillons fortement de procéder ainsi, et préférons encourager l'achat de produits dont les plantes utiles à la fabrication ont été récoltées en toute connaissance de l'environnement.  

 

Un peu d'histoire

Arnica passe tantôt pour dangereuse, tantôt pour bénéfique. Ses appellations et ses usages témoignent de cette réputation ambiguë.

Les médecins du passé employaient l'Arnica en usage interne, comme stimulant, fébrifuge et diurétique.

Au XVième siècle, la plante était connue en basse-Saxe, sous le nom de fleur du loup (« Wulveleie » ou « Wolferlei », « Wulfsblom ») ou encore de louveteau (« Wolferly », voir Kliehs-Glos).

Nom latin: 
Arnica montana
Nom usuel: 
Arnica
Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 9/01/2010

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999