10 bonnes raisons de se sentir concernée par les cystites et 5 conseils pour les éviter

logo toilettes

Ou comment prévenir et mieux soigner les infections urinaires avec les méthodes naturelles

Les cystites sont les plus fréquentes des infections urinaires, en prévention ou en complément d'un traitement, des conseils simples pour en venir à bout : devancer la soif, lutter contre la constipation, choisir ses sous vêtements...

Les cystites (infections urinaires basses) sont les plus fréquentes des infections urinaires. Il s’agit en général d’une infection de la vessie le plus souvent sans gravité qui se manifestent par 

  • une brulure urinaire (fin de miction)
  • une pollakiurie (envie fréquente et impérieuse d’uriner de faibles quantités)
  • des urines troubles voire malodorantes

Il y a au moins 10 bonnes raisons de se sentir concernée par les cystites

  • Il n'a plus de saisons pour les cystites (chaleur, insuffisance de boisson, constipation, trajet en voiture…), même si elles sont un peu plus fréquentes en été
  • Les cystites touchent environ une femme sur deux au cours de sa vie, soit plus de 15 millions
  • Les cystites récidivent souvent (au moins 10%), on parle de cystites récidivantes au-delà de 4 épisodes par an
  • 7% des femmes de 35 ans ou plus ont eu au moins deux épisodes de cystite au cours des douze derniers mois
  • La gêne occasionnée par une cystite est réelle et concernent au moins 83% des femmes
  • Certaines situations physiologiques et notamment les changements hormonaux de la ménopause peuvent favoriser la survenue des cystites.
  • Les cystites sont responsables en France d'environ 6 millions de consultations médicales par an. 
  • 19% des femmes se traitent sans l'avis d'un médecin, ce qui peut aggraver l'infection et rendre ensuite son traitement plus difficile.
  • 23% des femmes ne font rien et attendent que ça passe
  • Parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir

Les traitements en phytothérapie, en homéopathie

Curatif

En fonction de la situation clinique et de la patiente (femme jeune, sous pilule, enceinte ou ménopausée) le médecin prescrira 

  • des plantes spécifiques des voies urinaires qu’elles soient anti infectieuses, anti inflammatoire, qu’elles augmentent la diurèse ou qu’elles prennent en chargent les dysfonctions associés, 
  • des médicaments homéopathiques 
  • voire des antibiotiques.

Préventif

En prévention son choix se portera en phytothérapie vers la Canneberge (Vaccinium macrocarpon) en cure d’au moins 3 mois. 

Pour une prévention efficace des cystites la dose recommandée est de 36mg de proanthocyanidine / jour (composé actif du cranberry). A cette concentration la canneberge empêche la bactérie de se fixer aux parois de la vessie Demandez conseils à votre pharmacien

Accompagnement des traitements, les 5 conseils homeophyto

En prévention ou en complément du traitement instauré par le médecin la prise en charge d’une infection urinaire capitalise sur les règles hygiéno diététiques : il existe des mesures pratiques et simples pour réduire le plus possible le risque de faire ou de refaire une cystite. Que vous soyez ou non sujettes aux cystites, ces règles hygieno dietetiques s’appliquent

Devancer la soif :

buvez régulièrement et en petite quantité au moins 2l par jour que ce soit des boissons froides (non sucrées de préférence) ou chaude (thé, tisanes…) pourquoi pas du jus de cranberry (uniquement si vous êtes sujettes aux cystites et après avis d’un professionnel de santé). Rappelez-vous plus vous buvez, plus vous urinez et moins les germes stagnent dans la vessie.

En été, s’il fait plus de 30°C, si vous faites du sport ou si vous souffrez de fièvre, buvez encore davantage

Il ne sert à rien de se retenir d’uriner,

Même si l’envie ne se fait pas sentir, allez aux toilettes toutes les 2 ou 3 heures et videz au maximum votre vessie. Ce conseil est particulièrement important lors des trajets en voiture en effet l'association chaleur - deshydratation - congestion pelvienne - impossibilité d’uriner peut déclencher une cystite chez le sujet sensible

Lutter contre la constipation

la stagnation des selles au niveau du rectum favoriserait la prolifération microbienne. Pour lutter contre la constipation, des conseils simples relatifs à une bonne hygiène de vie s’imposent : 

  • une alimentation saine et variée riche en fibres : augmentation de la consommation de légumes et de fruits, les fruits se prenant hors des repas
  • un apport suffisant en eau au moins 1,5l / jour voire plus en fonction des besoins et des situations (voir conseils N°1)
  • une activité physique modérée régulière

Ne négligez pas votre hygiène intime 

  • Essuyez vous de l’avant vers l’arrière
  • Urinez après chaque rapport sexuel, ce conseil est d’autant plus précieux si vous déclenchez des cystites après un rapport sexuel
  • Lavez vous régulièrement, évitez les douches vaginales et utilisez un produit doux à pH adapté
  • Lavez vous les mains avant et après chaque passage aux toilettes

Faîtes le bon choix

Evitez humidité, chaleur et congestion : attention aux vêtements et sous–vêtements trop serrés, en matière synthétiques qui favorisent la transpiration et donc le développement microbien

Cystites ou infections urinaires, quand s’inquiéter ? 

  • Cystites chez un homme
  • Cystite récidivante
  • Cystite chez une femme enceinte
  • Vous êtes enceinte 
  • Fièvre supérieure à 38,5°C
  • Douleurs trop intense
  • lorsque les reins souffrent

En cas de doute, demandez conseils à votre médecin ou à votre pharmacien

Articles liés

Modifié le: 
04/10/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Séverine - Dr en Pharmacie - 8/06/2018

À propos de l'auteur

Séverine Dewally, Docteur en pharmacie, spécialisée en homéopathie,  nutrithérapie, phytothérapie et aromathérapie.

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999