Douleurs articulaires aiguës
A+ A

Douleurs articulaires aiguës

icone-mail

La douleur articulaire aiguë peut se produire sur plusieurs
types de pathologies : traumatologie, goutte, polyarthrite, rhumatisme articulaire
lié
au streptocoque, …

Un traitement allopathique est souvent
nécessaire et varie selon la cause : antibiothérapie,
anti-inflammatoires, corticothérapie.

Un traitement
homéopathique bien mené, en complément de ces médications,
permet la plupart du temps d’accélérer l’évolution
de la poussée, et par là même, minimise
le risque de lésions des tissus, conséquences
de l’inflammation.

L’atteinte inflammatoire au tout début

La douleur est très importante, avec œdème, impotence,
et parfois fièvre. L’homéopathe observe, écoute, et
prend en compte les symptômes et les plaintes du patient. En fonction
de cette observation, il va déterminer le ou les remèdes homéopathiques
nécessaires.

  • ACONIT 7 à
    15 H : l’installation du tableau est très brutale et violente. L’œdème
    est rouge. Les douleurs sont intolérables et provoquent angoisse et
    agitation, avec peur de mourir. Une à deux prises.
  • APIS 5 À
    7 H : l’œdème est rosé, brillant, avec des douleurs brûlantes
    et piquantes, classiquement soulagées par le froid. Sur le plan général,
    on peut retrouver une atteinte des reins avec des urines rares, parfois chargées
    d’albumine. Le sujet n’a pas soif, même en cas de fièvre associée.
    Prises répétées.
  • BELLADONNA 5 à
    9 H : l’œdème est rouge et brillant. Le sujet est aggravé par
    les mouvements, secousses, la lumière, le bruit. Prises répétées.
  • ARSENICUM ALBUM 4 ou 5 H : les douleurs
    sont aggravées par le froid, aggravées la nuit, surtout entre
    1 et 3 heures du matin. Contrairement aux tableaux précédents,
    elles sont améliorées par la chaleur. On retrouve une alternance
    d’agitation avec peur de mourir, et de prostration. Prises répétées.

L’inflammation est installée

  • BRYONIA ALBA 4
    à 5 H : les douleurs sont aggravées par le moindre mouvement,
    par le toucher et le matin au réveil. Elles sont parfois améliorées
    par la pression forte. Le malade reste immobile, prostré. La soif
    est intense pour des grandes quantités d’eau froide. Prises répétées.
  • PULSATILLA 5
    à 7 H : la douleur est aggravée par la chaleur et le repos,
    améliorée par le frais et le mouvement doux. L’œdème
    est pâle. Ce remède concerne essentiellement les grosses articulations,
    comme les genoux ou les hanches. Prises répétées.
  • AURUM METALLICUM 4 H : les douleurs
    sont aggravées la nuit et le matin au réveil. . Prises répétées.

Il existe, bien entendu, de nombreux autres remèdes ; nous n’exposons
ici que ceux le plus couramment prescrits dans ces pathologies.

En phytothérapie

  • HARPAGOPHYTUM teinture mère
    : plante du mois 20 gouttes trois à quatre fois par jour.

A la une

Laisser un commentaire