Liens pratiques



Abonnez-vous

Publicité


L’asthme, traitement de terrain

Trois diathèses participent principalement à l’asthme : rappels
Les médicaments sélectionnés seront prescrits en moyenne à haute dilution, en doses espacées, par exemple hebdomadaires, accompagnés ou non d’un traitement d’action locale
et d’un traitement complémentaire, draineur et / ou antiallergique.

Publicité

LA PSORE

Dans ce cas, l’asthme est le plus souvent sec et allergique. Alternances, périodicité, fond anxieux, autant d’indices qui peuvent orienter vers cette série de médicaments.
Les principaux :

ARSENICUM ALBUM : crises surtout nocturnes, surtout entre 1 heure et 3 heures du matin avec fond très anxieux.  Frilosité et besoin de chaleur. Chez un sujet méticuleux, précis, très aggravé la nuit, il est anxieux lorsqu'il est malade, et craint la mort. 

CALCAREA CARBONICA : Chez un sujet plutôt râblé, frileux, ayant tendance aux infections ORL à répétition.  

LYCOPODIUM : Chez un sujet fragile sur le plan digestif et hépatique, consciencieux, scrupuleux, exigeant pour lui-même et les autres. Le tableau général est aggravé en fin d’après-midi. 

PSORINUM : Il s'agit souvent d'un sujet malade chronique, ou convalescent, amaigri, frileux, désespérant de guérir, mais qui a toujours faim. La peau est malsaine. Maladies chroniques ou à expression périodique (tous les ans à la même période, par exemple, le rhume des foins), ou récidivantes. La frilosité est extrême, le patient se sent incurable. Il est très aggravé l’hiver. Asthme saisonnier, il faut remarquer que sur ce terrain, l'asthme alterne fréquemment avec l'eczéma, ou qu'il le suit en tant que maladie chronique.

SULFUR : Asthme allergique, bronchite chronique, alternant parfois avec d'autres troubles : digestifs et surtout cutanés. Chez un sujet généralement optimiste, souriant, communicatif, craignant la chaleur (thermophobie).  

Publicité

LA SYCOSE

Les défenses sont mauvaises, le sujet a tendance à l’infiltration, il est généralement aggravé par temps humide, ou lors des passages de temps sec à temps humide.

MEDORRHINUM : asthme souvent infantile et héréditaire, il est amélioré en bord de mer et par temps humide et doux. Asthme d’effort. Le sujet est impatient et précipité.

NATRUM SULFURICUM : Asthme : déclenché ou aggravé par temps humide ou lors des passages de temps sec à temps humide ; le patient sent que le temps a changer. Bronchites dans les mêmes circonstances. Hypersécrétion bronchique. Tableau aigu amélioré par une « bonne » selle liquide. 

THUYA : s'agit d'un sujet infiltré, surtout au niveau des hanches et du bassin, avec de la cellulite en « culotte de cheval ». Asthme aggravé par temps humide. Il sera très souvent prescrit pour des asthmes apparus au décours de traitements « lourds » (antibiothérapies, corticothérapies, …) 

LE TUBERCULINISME

Ce terrain allie Fatigue, déminéralisation, désordres immunitaires et instabilité thermique. On retrouve fréquemment une fragilité hépatique, une sensibilité au froid sur le plan des affections rhino-pharyngées, des faiblesses articulaires avec douleurs de croissance.

NATRUM MURIATICUM : chez un sujet déshydraté, déminéralisé, soif avec désir de sel. Asthme  aggravé de 1 heure à 3 heures du matin.

PULSATILLA : dans les suites des rhinopharyngites à répétitions de l’enfance ; toux sèche la nuit, grasse le jour. C'est un sujet au caractère sensible, aux symptômes variables et changeants. 

PHOSPHORUS : asthme avec toux sèche, violente, douloureuse, brûlante, avec tendance aux hémorragies. Chez un grand hypersensible, cyclothymique, alternant les phases de dépression et d’exaltation. 

SILICEA : Chez un sujet malade au moindre refroidissement, bronchites à répétition, angines à répétition, otites, maladies pulmonaires chroniques, aggravées au moindre froid. Déminéralisation et tendance à la suppuration. 

SULFUR IODATUM : chez un sujet maigre malgré un bon appétit, et qui tombe malade facilement. Il présente souvent de nombreux ganglions, surtout au niveau du cou. L’asthme suit souvent les rhinopharyngites à répétitions de l’enfance.

TUERCULINUM : Fragilité respiratoire, avec sensibilité au froid
Troubles ORL à répétition chez l’enfant, troubles ORL faisant suite à une vaccination.
Bronchites, pneumopathies au moindre froid.

Vous souhaitez commenter cette page : Contacts

 
"homeophyto.com, la formation et l'information pour comprendre et apprendre la prescription en homéopathie"
Copyright Homeophyto.com 1999-2011
Protection des données | Mentions légales | Accueil | Dictionnaire des médicaments | Phytothérapie | Pharmacie maison
Plan du site | Contacts | Recettes | Liens | Lectures | Faq | Abonnements | Qui sommes nous | Le site

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.